Comment identifier l’épuisement professionnel ?

Le syndrome de l’épuisement professionnel ou burnout en anglais est une réalité dans le monde du travail. Un phénomène lié au travail selon l’OMS en 2019, mais pas une maladie. Alors, qu’est-ce que c’est l’épuisement professionnel ? Comment l’identifier et comment faire pour le prévenir ? 

Burnout c’est quoi ? 

Burnout signifie en anglais, brûlé jusqu’à l’épuisement total du combustible. Une personne se trouvant avec l’épuisement professionnel est une personne vidée de toute son énergie, une personne atteinte de fatigue générale dont la traduction sur la personne est l’affaiblissement physique, l’affaissement émotionnel, des sentiments de désespoir, la défaillance de concentration, la fatigue intellectuelle… Par ailleurs, la personne développe une attitude négative à l’égard de soi-même, de son travail, de la vie et des gens. L’épuisement au travail se manifeste dans 3 dimensions : L’épuisement émotionnel : sentiments d’être vidé, se sentir épuisé, frustré et las. Le cynisme ou la dépersonnalisation : sentiments négativistes liés à son travail, se sentir distrait envers ses collègues, avoir une vision négative des autres, la perte du plaisir dans l’accomplissement de son travail : sentiment de ne pas être à la hauteur aux attentes de son entourage, dévalorisation de ses résultats…. Sentiment de frustration. Pour en arriver à cet état, la personne a subi pendant un long moment un haut niveau de stress au travail. Elle souligne que le syndrome d’épuisement professionnel est à distinguer de la dépression, qui affecte le sujet de manière plus générale. 

Comment identifier un épuisement professionnel ? 

Pour arriver à la phase de l’épuisement professionnel, il y a des étapes et des signes annonciateurs. En période normale, nous sommes débordés d’énergie, pleine de force à faire nos preuves. Nous disposons de niveaux de productivité élevés, de motivation inébranlable. À un moment donné, nous identifions des éléments stressants dans l’environnement de travail, on se prépare à les affronter et à y faire face. On propose de solutions. Sans s’en rendre compte, on mobilise toutes les énergies pour résister au stress grandissant. Nous ressentons un besoin de sommeil, de temps pour détendre. Mais face aux objectifs de travail non atteints, nous ne nous arrêtons pas, nous continuons de nous pousser. Et là des signes apparaissent : une fatigue, une baisse de productivité, une difficulté à se concentrer, temps de pause réduit et une baisse de la qualité du sommeil ; des sauts d’humeur voir une irritabilité…. On se rend compte que les objectifs fixés ne seront pas atteints. La procrastination gagne du terrain qui a pour conséquence le non-respect des délais.

Le manque de sommeil fait son effet et on apprécie les caféines plus que les nourritures. Se détendre et se ressourcer n’ont plus de place ni de temps. Et ce qui est plus grave on ne reconnaît pas que l’on a quitté la route et que les problèmes viennent de quelque part. Mirages et brouillards constituent l’horizon des objectifs fixés. On refuse de faire quelque chose. Une envie grandissante de tout laisser tomber : vidé et épuisé. Le stade de l’épuisement au travail est atteint et il faut tout arrêter et demander de l’aide.

Comment prévenir un épuisement professionnel ?

Nous connaissons les signes annonciateurs de l’épuisement professionnel. Cela en aucun cas ne nous échappera pas de les ressentir à nouveau. Le risque épuisement nous guette en permanence, mais nous sommes plus conscients et capables de prendre les mesures adéquates pour la prévention.

Pour prévenir, un élément capital le soutien social au travail et à la maison. Appartenir à une communauté de soutien compréhensive nous aide à développer notre capacité de résilience face aux stress potentiels. Et si des stress sont inévitables, nous pouvons réduire les effets.

Une compagnie emphatique pourra augmenter le sentiment de bien-être.

Quelles sont les formations possibles avec le DIF ?
Pourquoi faire un dossier de presse ?