Comment traiter les infections urinaires

infection urinaire

L’infection urinaire est une maladie à prédominance féminine. Elle affecte le plus souvent la vessie ou l’urètre, mais des infections plus graves peuvent affecter les reins. Les infections des voies urinaires peuvent provoquer des douleurs au niveau pelvien, un besoin accru d’uriner, des mictions douloureuses et du sang dans les urines. Heureusement, il existe des traitements pour cette maladie.

Qu’est-ce qu’une infection urinaire ?

Le système urinaire comprend l’urètre, les uretères, les reins et la vessie. Il n’est pas pareil chez l’homme et chez la femme. Les voies urinaires sont très courtes chez la femme, ce qui explique la fréquence plus élevée des infections. Tandis que chez l’homme, le tractus urinaire est plus long et possède un organe additionnel, la prostate, qui est généralement affectée lors d’infections urinaires. C’est pour cette raison qu’elles peuvent s’aggraver et devenir une prostatite. Les infections urinaires sont des infections bactériennes confinées à la vessie. Lorsque l’infection se propage jusqu’aux reins, on parle là de pyélonéphrite. La cystite, quant à elle, est une inflammation de la vessie, avec ou sans infection bactérienne, on appelle cette dernière cystite interstitielle. C’est le trouble urinaire le plus fréquent et touche presque essentiellement les femmes. Il est également fréquent chez les enfants. Cela pourrait être dû à la présence de bactéries qui contaminent l’urine ou à une simple inflammation. Les infections urinaires peuvent également être causées par la présence de champignons ou de parasites, mais ceux-ci sont beaucoup moins fréquents. On peut adopter un Traitement des infections urinaires pour y remédier.

Infections urinaires chez la femme : les antibiotiques utilisés

Pour les cas de cystite sans symptôme grave, les antibiotiques recommandés sont : la fosfomycine qui est un traitement à dose unique. Cet antibiotique est généralement bien toléré est peut-être utilisé chez les femmes et les adolescents ; le pivmécillinam, un antibiotique bêta-lactamine ou proche de la famille des pénicillines. La durée du Traitement infections urinaires est généralement de 5 jours. La nitrofurantoïne est souvent indiquée dans le traitement curatif de la cystite chez les femmes, mais aussi les filles de plus de 6 ans dans le cas où les autres antibiotiques ne sont pas appropriés. Le traitement dure entre 5 à 7 jours. L’inconvénient de son utilisation est que vous êtes exposé à des effets indésirables sur le foie ou les poumons, cela reste rare, mais souvent graves, surtout s’il y a utilisation répétée ou prolongée. Par conséquent, cet antibiotique ne doit pas être utilisé pour le traitement prophylactique des infections récurrentes des voies urinaires. Le traitement à répétition doit être évité. Le triméthoprime est prescrit dans le traitement des cystites simples chez les adolescents et les femmes. Le traitement dure entre 3 à 5 jours. Cet antibiotique a pour effet secondaire la photosensibilité. Il faut donc éviter une forte exposition au soleil durant le traitement et 2 jours après l’arrêt du traitement.

Antibiotiques de la famille des quinolones

Des antibiotiques dans la catégorie des quinolones peuvent également être prescrits, mais leur utilisation doit être limitée en raison de l’apparition de bactérie résistante. Comme effet indésirable, les quinolones peuvent provoquer des douleurs au niveau musculaires ou articulaires et des tendinites : s’il y a un gonflement ou une douleur au niveau du tendon d’Achille, cela doit être immédiatement signalé. L’utilisation répétée de quinolones est contre-indiquée dans le cas d’une répétition de la tendinite. En raison du risque important de photosensibilité et d’éruption cutanée, l’exposition au soleil doit être évitée durant le traitement. Le céfixime, antibiotique du groupe des céphalosporines, est pareillement utilisé, mais dans certaines conditions. Cela concerne les cystites à risque d’aggravation, pour les femmes enceintes, etc. Ses effets secondaires sont généralement digestifs. Autres antibiotiques dont certaines pénicillines comme amoxicilline, amoxicilline accompagné d’acide clavulanique peuvent aussi être utilisé. C’est aussi le cas de certaines quinolones, comme la loméfloxacine, la lévofloxacine, et la norfloxacine, il y a aussi le Bactrim qui peut être prescrit par un médecin. Parfois, leur utilisation exige l’attente de résultats d’analyse antibiogramme. En cas de récidive de la cystite, le médecin peut dans certains cas de figure prescrire au préalable un traitement antibiotique à prendre dès le premier signe de l’infection, ce type d’automédication contrôlée est réalisable.

Remède naturel : la canneberge

La canneberge est le principal remède naturel contre les infections urinaires. Elle renferme des flavonoïdes, des procyanidines et des anthocyanes. Ces trois composants agissent en synergie pour empêcher la bactérie Escherichia coli qui est la cause de pratiquement toutes les infections urinaires de se coller à la paroi de la vessie. Car dans l’incapacité de se fixer, elles seront éliminées naturellement, le tout sans provoquer de maladie. Des études ont montré que la consommation de ce fruit, sous forme de gélules ou de jus, peut réduire la fréquence des infections urinaires récurrentes de 20 à 60 %. Les autorités médicales ont reconnu ces bienfaits pour la santé. La consommation de jus de myrtille contenant 36 mg de proanthocyanidines dosés réduit les infections urinaires chez les femmes dues à certaines bactéries Escherichia coli uropathogènes. L’effet est la même avec le vaccinium macrocarpon sous forme de poudre encapsulée. On peut trouver les jus de canneberge en bouteille ou en flacons dans certains magasins spécialisés dans les produits naturels. Si le jus est un peu aigre, utilisez du miel de bruyère callune pour l’adoucir. Il peut aider contre la cystite avec son excellente propriété antiseptique urinaire. Un demi à une cuillère à café pour un grand verre ou une tasse, à utiliser matins et soirs en cure.

Dépannage et remplacement de ballon d’eau chaude à Paris
Puis-je mélanger mes différents e-liquides ?